D’après un communiqué de presse de la Commission européenne le 2 novembre  2021.

Alors que les engagements des Etats et des acteurs financiers continuent à Glasgow pour la COP26, l’Union européenne tient à conserver son rôle de leader dans la lutte contre le changement climatique. Par la voix de sa présidente Ursula van der Leyen, la Commission européenne annonce une aide de 1 milliard d’euros sur 5 ans, destinée à protéger les forêts de par le monde. 

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé aujourd’hui, lors de la 26ème conférence des parties des Nations unies sur les changements climatiques (COP26) à Glasgow, que la contribution de l’Union européenne à l’engagement mondial de financement en faveur des forêts se chiffrera à un milliard d’euros. Ces mesures d’aide sur 5 ans, financées par le budget de l’UE, aideront les pays partenaires à protéger, restaurer et gérer durablement les forêts dans le monde entier et à atteindre les objectifs de l’accord de Paris.

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a fait la déclaration suivante: «Les forêts sont les poumons verts de la planète. Nous devons les protéger et les restaurer. Je suis heureuse d’annoncer que nous nous engageons à verser 1 milliard d’euros pour protéger les forêts du monde. Cet engagement manifeste clairement la volonté de l’UE de jouer un rôle moteur dans le changement mondial et la protection de notre planète, conformément aux ambitions du pacte vert pour l’Europe.

Jutta Urpilainen, commissaire chargée des partenariats internationaux, a ajouté: «La contribution que l’UE s’est engagée aujourd’hui à fournir pour gérer, restaurer et protéger durablement les forêts soutiendra une croissance et des emplois durables, favorisera l’atténuation du changement climatique et l’adaptation à celui-ci, et aidera à préserver la biodiversité dans nos pays partenaires. L’Union européenne travaillera en partenariat avec les gouvernements, la société civile, les peuples autochtones et les acteurs privés, dans le cadre d’une approche multilatérale, dans le but d’atteindre les objectifs de développement durable et de donner la priorité aux personnes et à la planète. L’accent particulier mis sur le bassin du Congo met opportunément en lumière l’importance de cette zone unique et de son écosystème.»

Cet engagement constitue la contribution de la Commission européenne à l’engagement mondial pris par la communauté internationale lors de la COP 26. Pour y donner suite, l’UE collaborera avec les pays partenaires en vue d’assurer la préservation, la restauration et la gestion durable des forêts d’une manière globale et intégrée. Sur le milliard d’euros promis aujourd’hui, 250 millions seront consacrés au bassin du Congo, qui s’étend sur huit pays (le Cameroun, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la République du Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, le Burundi et le Rwanda), afin de protéger la deuxième forêt tropicale du monde tout en améliorant les moyens de subsistance de ses populations.

Contexte

Plus de 1,6 milliard de personnes dans le monde dépendent des forêts pour se procurer la nourriture, les médicaments et les moyens de subsistance dont ils ont besoin. Les forêts préservent les sols et abritent 80 % de la biodiversité mondiale, les plus grands bassins forestiers étant situés en dehors du territoire de l’UE.

Comme elles produisent de l’oxygène et purifient l’air, les forêts sont également essentielles à l’atténuation du changement climatique. Elles absorbent en effet jusqu’à 30 % des émissions de gaz à effet de serre. Elles sont tout aussi importantes pour l’adaptation au changement climatique. Les émissions de gaz à effet de serre liées à la déforestation sont la deuxième cause principale du changement climatique. Entre 1990 et 2016, la couverture forestière mondiale s’est réduite à raison de l’équivalent d’environ 800 terrains de football par heure.

Depuis le début des années 1990, l’UE soutient la conservation des forêts, en particulier en Afrique centrale, par l’intermédiaire du programme phare ECOFAC (Préserver la biodiversité et les écosystèmes fragiles en Afrique centrale). Ce soutien constant a permis de conserver environ 16 millions d’hectares de forêts humides dans le bassin du Congo, tout en promouvant le développement durable et en améliorant les moyens de subsistance de la population locale.

L’engagement pris aujourd’hui par la Commission européenne est financé par l’instrument IVCDCI-L’Europe dans le monde.

05/11/2021