D’après un communiqué de presse de la Commission européenne le 26 avril 2022.

La sécheresse ainsi que la dépendance de la Corne de l’Afrique à la production ukrainienne et russe provoquent la détérioration de la sécurité alimentaire dans cette région. Pour y répondre, l’Union européenne débloque des fonds qui permettront de faire face à l’urgence mais aussi de traiter les causes structurelles de cette insécurité. 

Une sécheresse dévastatrice due au changement climatique frappe actuellement la Corne de l’Afrique. La situation est aggravée par les conséquences de la COVID-19 et des conflits, par la situation d’insécurité dans la région, ainsi que par l’augmentation attendue de l’insécurité alimentaire et de la crise nutritionnelle consécutives à l’invasion de l’Ukraine. La Commission européenne s’emploie par conséquent à renforcer son engagement politique et financier en faveur des pays partenaires dans la région.

Une enveloppe totale de 348 millions d’euros d’aide de l’UE pour 2022 destinée à renforcer la sécurité alimentaire dans la Corne de l’Afrique a été annoncée ce jour à Genève, à l’occasion d’une table ronde à haut niveau coorganisée par la Commission européenne et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies. Le financement comprend notamment une aide humanitaire et un soutien à plus long terme visant à lutter contre les causes profondes de l’insécurité alimentaire, notamment au moyen de mesures d’adaptation au changement climatique et d’atténuation.

Un financement de l’UE pour soutenir la sécurité alimentaire

  • Aide humanitaire: pour faire face aux besoins considérables demandant une réponse d’urgence dans la région, l’UE a annoncé aujourd’hui l’octroi d’une enveloppe supplémentaire de 32 millions d’euros, ce qui porte à 108,2 millions d’euros sa contribution totale aux pays de la Corne de l’Afrique frappés par la sécheresse.
  • Afin de renforcer la résilience et la sécurité alimentaire, l’UE mettra à la disposition des trois pays concernés 231 millions d’euros sur la période 2021-2022, sur le total de 317,5 millions d’euros qui leur a été affecté pour la période 2021-2024. Ce soutien vise à renforcer les capacités de l’État à réagir à la crise et à empêcher toute nouvelle dégradation.
  • Outre ces fonds, le service des instruments de politique étrangère (FPI) de l’UE met à disposition 8,9 millions d’euros pour des actions visant à briser le cycle des conflits liés au climat en Somalie, ainsi que pour une gestion durable des conflits dans les écosystèmes des terres arides au Kenya.

Le commissaire chargé de la gestion des crises, Janez Lenarčič, a déclaré ce qui suit: «Les conséquences humanitaires de la sécheresse inédite qui touche la Corne de l’Afrique dans des pays comme la Somalie, le Kenya et l’Éthiopie sont dramatiques. Des millions de personnes sont déjà touchées par la sécheresse et ont besoin d’une aide vitale. En outre, la dépendance à l’égard des importations ukrainiennes et russes a déjà une incidence négative sur la disponibilité et le caractère abordable des denrées alimentaires dans cette région. C’est maintenant qu’il faut agir. La communauté internationale, les partenaires dans le domaine humanitaire et du développement, les autorités nationales et les communautés doivent sauver autant de vies que possible et collaborer dans un effort soutenu pour faire face à l’urgence et renforcer la résilience future.»

Et Jutta Urpilainen, commissaire chargée des partenariats internationaux, d’ajouter: «Face aux pires sécheresses dues au changement climatique observées dans l’histoire récente de la Corne de l’Afrique, mais aussi aux répercussions des chocs économiques liés à la COVID-19, aux conflits et à l’insécurité, la sécurité alimentaire de la région est actuellement en péril. Grâce à une approche multilatérale avec nos partenaires et la communauté internationale, nous devons financer des politiques structurelles s’attaquant aux causes profondes des crises alimentaires et nutritionnelles et faire en sorte que les populations soient plus résilientes face aux chocs qu’elles subissent. C’est dans le cadre d’une approche associant l’aide humanitaire, le développement et la paix que nous pourrons agir le plus efficacement ensemble. La nouvelle stratégie “Global Gateway” de l’UE contribuera à cette action.»

Contexte

Alors que la région est entrée dans sa troisième année de mauvaises saisons des pluies consécutives, la perspective d’une nouvelle famine en Somalie menace, tandis que l’insécurité alimentaire et nutritionnelle continue de croître à un rythme soutenu en Éthiopie et dans les terres arides et semi-arides du Kenya. La situation humanitaire dans la Corne de l’Afrique continue de s’aggraver et les prévisions pour la première saison des pluies de 2022 annoncent, dans l’ensemble, des précipitations inférieures à la moyenne, ce qui fait de cette sécheresse la plus longue et la plus grave des 40 dernières années.

Une réponse multilatérale solide en faveur de la sécurité alimentaire mondiale est plus que jamais nécessaire à présent afin de pallier les vulnérabilités structurelles, en s’appuyant sur la dynamique générée par le sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires et par le sommet de la nutrition pour la croissance qui s’est tenu à Tokyo. L’UE est résolue à œuvrer de concert avec ses partenaires dans la région et avec d’autres acteurs internationaux en vue de soutenir les feuilles de route nationales établies en faveur de systèmes alimentaires durables, au moyen de politiques structurelles et d’investissements, en abordant les dimensions humanitaire, de développement et de paix.

Le paquet d’investissement «Global Gateway» Afrique–Europe vise à mobiliser jusqu’à 150 milliards d’euros d’investissements entre 2021 et 2027 en faveur de l’Afrique en vue de soutenir une reprise et une transformation solides, inclusives, vertes et numériques. Il appuiera le partenariat renouvelé convenu les 17 et 18 février à Bruxelles à l’occasion du sommet UE-UA.

27/04/2022