D’après un communiqué de presse de la Commission européenne du 31 mai 2021

La Commission a reçu vendredi 28 mai 2021 des plans officiels pour la reprise et la résilience de la part de l’Irlande et de la Suède. Ces plans exposent les réformes et les projets d’investissement public que chaque État membre prévoit de mettre en œuvre avec le soutien de la facilité pour la reprise et la résilience (FRR).

La FRR est l’instrument clé au cœur de NextGenerationEU, le programme de l’Union européenne pour sortir plus fort de la pandémie de COVID-19. Elle apportera jusqu’à 672,5 milliards d’euros pour soutenir les investissements et les réformes (aux prix de 2018). Ce montant se répartit en subventions pour un montant total de 312,5 milliards d’euros et en prêts pour 360 milliards d’euros. La FRR jouera un rôle crucial pour aider l’Europe à sortir plus forte de la crise et pour assurer les transitions écologique et numérique.

La présentation de ces plans fait suite à un dialogue soutenu entre la Commission et les autorités nationales de ces États membres au cours des derniers mois.

Le plan pour la reprise et la résilience de la Suède

La Suède a demandé un montant total de 3,2 milliards d’euros sous forme de subventions au titre de la FRR. Le plan suédois s’articule autour de cinq volets:

  • la relance verte
  • l’éducation et la transition vers le monde du travail
  • la gestion des défis démographiques
  • l’expansion du haut débit et la numérisation de l’administration publique
  • les investissements en faveur de la croissance et du logement.

Les projets présentés dans le plan couvrent toute la durée de vie de la FRR, jusqu’en 2026, avec une forte concentration de projets au cours des trois premières années de mise en œuvre, et portent sur six des sept domaines phares européens.

Le plan pour la reprise et la résilience de l’Irlande

L’Irlande a demandé un montant total de 1 milliard d’euros sous forme de subventions au titre de la FRR. Le plan irlandais s’articule autour de trois domaines prioritaires : 

  • la promotion de la transition écologique
  • l’accélération et l’extension des réformes et de la transformation numériques
  • la reprise économique et sociale et la création d’emplois. 

Les projets présentés dans le plan couvrent toute la durée de vie de la FRR jusqu’en 2026 et portent sur les sept domaines phares européens.

Prochaines étapes

La Commission va à présent évaluer les plans sur la base des onze critères énoncés dans le règlement et traduire leur contenu en actes juridiquement contraignants. Cette évaluation comprendra notamment un examen visant à déterminer si les plans contribuent à relever efficacement l’ensemble ou une partie non négligeable des défis recensés dans les recommandations par pays pertinentes formulées dans le cadre du Semestre européen. La Commission évaluera également si les plans consacrent au moins 37 % des dépenses aux investissements et aux réformes qui soutiennent les objectifs en matière de climat, et 20 % à la transition numérique.

Le Conseil disposera en principe de quatre semaines pour adopter la proposition de décision d’exécution du Conseil présentée par la Commission.

La Commission a maintenant reçu un total de 21 plans pour la reprise et la résilience, de la part de la Belgique, du Danemark, de l’Allemagne, de la Grèce, de l’Irlande, de l’Espagne, de la France, de la Croatie, de l’Italie, de Chypre, de la Lettonie, de la Lituanie, du Luxembourg, de la Hongrie, de l’Autriche, de la Pologne, du Portugal, de la Slovénie, de la Slovaquie, de la Finlande et de la Suède. 

Elle continuera de dialoguer étroitement avec les autres États membres afin de les aider à élaborer des plans de grande qualité.

Si vous voulez aller plus loin : 

Site web de la task force pour la reprise et la résilience (RECOVER)

Site web de la DG ECFIN

 

01/06/2021