En 2021, après l’Allemagne et avant la Slovénie, le Portugal a assuré la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne pendant un semestre, du 1er janvier au 30 juin 2021.

“Il est temps de produire des résultats : une relance équitable, écologique et numérique”. Tel a été le slogan de la présidence portugaise, fil conducteur des six mois d’exercice de la délégation au Conseil de l’UE.

Dès le début de l’année, dans un contexte marqué par la pandémie de la COVID-19, la présidence portugaise a accordé une attention toute particulière aux questions sociales, un Sommet ayant d’ailleurs eu lieu à Porto afin d’encourager les pays européens à travailler au développement et à l’harmonisation des droits sociaux sur le continent.

> Les priorités de la présidence portugaise

Au total, cinq champs stratégiques ont été à la base des actions de l’Etat portugais durant sa présidence. Outre la promotion et le développement d’un modèle social européen, les portugais se sont engagés en faveur du renforcement de la résilience en Europe à travers le plan de relance économique “Next Generation EU“. La présidence a aussi impulsé les travaux relatifs à une relance durable s’appuyant sur les transitions climatique et numérique et en faveur d’une transition numérique équitable et inclusive. Enfin, les portugais ont inscrit parmi leurs priorités les enjeux liés au rôle de l’Union européenne dans le monde, en mettant notamment en avant les principes d’ouverture et de multilatéralisme.

L’approbation de la première loi européenne sur le climat a été un des grands acquis du programme de cette présidence. Dans le cadre du Pacte vert pour l’Europe, les négociateurs du Conseil et du Parlement européen sont parvenus à un accord politique provisoire inscrivant dans la législation l’objectif de neutralité climatique de l’UE à l’horizon 2050, ainsi qu’un objectif collectif de réduction des émissions nettes de gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici 2030.

Afin de renforcer le rôle et l’autonomie stratégique de l’UE et ses relations avec les Etats tiers, la présidence portugaise a soutenu, en partenariat avec la Banque européenne d’investissement (BEI), la tenue d’un mois de dialogue entre partenaires africains et européens sur le thème de la transition et de l’investissements verts. Le 23 avril a également eu lieu le Forum de haut niveau Afrique-Union européenne sur l’investissement vert à Lisbonne. Des Green Talks ont été organisés dans ce cadre, renforçant ainsi les relations entre les deux continents afin de mieux répondre aux défis mondiaux actuels. En outre, la présidence portugaise a réussi à faire progresser les relations de l’UE-Inde en organisant, parallèlement au Sommet de Porto, une rencontre entre les Chefs d’État et de Gouvernement de l’UE et les dirigeants indiens, ce qui devrait permettre de diversifier les partenaires de l’UE.

Très attaché au sujet de l’économie bleue et la pêche ainsi que de la préservation de l’environnement marin, le Portugal a lancé au cours de sa présidence “le mois de la Mer”. Lors de la Journée mondiale des océans du 8 juin, une conférence de haut niveau s’est tenue sur la politique maritime intégrée « A Blue Agenda in the Green Deal » en présence du commissaire européen à l’Environnement, aux Océans et à la Pêche, Virginijus Sinkevičius.  

Enfin, la délégation portugaise a largement contribué au lancement de la Conférence sur l’avenir de l’Europe en soutenant la mise en ligne de la plateforme citoyenne Futureu.europa.eu le 19 avril et l’évènement d’inauguration le 9 mai.

> Le Sommet social de Porto et la lutte contre la situation des sans-abris.

Valoriser et renforcer le modèle social européen a été un des objectifs majeurs de la présidence portugaise. Une Europe plus sociale, juste et inclusive a été la réponse du Portugal pour la sortie de crise. L’Etat membre a défendu cette solution pour une réponse adaptée aux conséquences sociales de la pandémie tout en essayant de garantir l’équilibre intergénérationnel, l’avenir des jeunes et contribuer au bien-être de tous.   

Pour donner une impulsion politique à cet objectif, le Sommet européen de Porto qui s’est tenu le 7 et 8 mai accordait une attention particulière au socle européen des droits sociaux ainsi qu’aux thématiques de l’emploi, des qualifications et de la protection sociale. Ce Sommet a été le point culminant de la présidence et a proposé un ensemble d’initiatives et établit trois objectifs principaux au niveau européen à l’horizon 2030 : « le taux d’emploi doit s’élever à au moins 78 % dans l’Union européenne », « au moins 60 % des adultes doivent participer chaque année à des activités de formation » et « le nombre de personnes menacées de pauvreté ou d’exclusion sociale doit diminuer d’au moins 15 millions, dont 5 millions d’enfants ». L’engagement social de Porto est « l’engagement le plus inclusif et le plus ambitieux jamais atteint de manière tripartite au niveau de l’Union européenne », a affirmé le premier ministre du Portugal, António Costa, à la clôture du Sommet social. Pour Hermano Sanches Ruivo, adjoint à la mairie de Paris en charge de l’Europe, avec le Sommet de Porto “nous assistons pour la première fois à un Sommet où la place des villes est mise en avant”.

Dans ce contexte de crise sanitaire qui a touché les plus démunis, le 21 juin 2021 a été adoptée la « Déclaration de Lisbonne sur la Plateforme européenne de lutte contre la situation des sans-abris » ayant comme but premier de combattre l’exclusion et de promouvoir la cohésion économique, sociale et territoriale et faire du logement une priorité surtout pour les plus démunis.     

Si les lignes d’action de la Présidence portugaise ont été « Une Europe résiliente », « Une Europe verte », « Une Europe numérique », « Une Europe sociale », « Une Europe globale », l’intégralité du programme et des activités réalisées ont été à la hauteur des attentes.

Article rédigé par l’Europe Direct de la Maison de l’Europe de Paris et publié en partenariat avec Voix d’Europe le 30/06/2020. La version PDF ICI.