D’après un communiqué de presse de la Commission européenne le 24 février 2022.

Déclaration de la présidente de la Commission européenne , Ursula von der Leyen suite à l’invasion de l’Ukraine par les forces armées Russes. 

Nous nous trouvons à un moment décisif. Notre présence ici à tous les trois prouve encore davantage à quel point l’Union européenne et l’OTAN coopèrent étroitement pour réagir aux actions du Kremlin. Le monde entier peut constater que l’unité fait notre force.

Tôt ce matin, le président Poutine a ordonné des actes atroces d’agression contre un pays souverain et indépendant, et contre un peuple innocent. Nous tiendrons la Russie responsable de cette violation inacceptable de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Et ce qui est en jeu, ce n’est pas seulement le Donbass, ni la seule Ukraine. Ce qui est en jeu, c’est la stabilité de l’Europe et l’ensemble de l’ordre international, ainsi que notre régime de paix. Le président Poutine a choisi de ramener la guerre en Europe. En réagissant de manière déterminée et unie, l’Union européenne va tout faire pour qu’il soit le plus difficile possible pour le Kremlin de poursuivre ses agressions.

Il y a 30 minutes environ, je me suis entretenue au téléphone avec le président Zelensky. Il a demandé de l’aide aux différentes parties prenantes, sous quelque forme que ce soit. Nous allons soumettre plus tard dans la journée aux dirigeants européens, pour approbation, un train de sanctions massives et ciblées. Nous travaillons en étroite coordination avec nos partenaires et alliés — les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et la Norvège, mais aussi, par exemple, le Japon et l’Australie.

Ce train de sanctions comprendra des sanctions financières qui limiteront drastiquement l’accès de la Russie aux marchés des capitaux. Ces sanctions auront de lourdes répercussions. L’économie russe a déjà été soumise à une pression intense ces dernières semaines. Et ces pressions vont désormais se multiplier. Les sanctions mettront fin à la croissance économique de la Russie, augmenteront les coûts d’emprunt, accroîtront l’inflation, intensifieront les sorties de capitaux et éroderont progressivement sa base industrielle.

Le deuxième grand pilier de nos sanctions a pour objectif de limiter l’accès de la Russie à des technologies cruciales. Nous voulons priver l’industrie russe des technologies qui sont absolument nécessaires aujourd’hui pour se construire un avenir. Nos mesures affaibliront la position technologique de la Russie dans des domaines clés, qui constituent en fait les principales sources d’enrichissement des élites. Cela va des composants de haute technologie aux logiciels de pointe. Ces mesures vont aussi gravement nuire à l’économie russe dans tous les domaines à l’avenir. Je veux être très claire: c’est le président Poutine qui devra expliquer cette situation à ses citoyens. Je sais que le peuple russe ne veut pas de cette guerre.

L’Union européenne et l’OTAN ont travaillé en étroite complémentarité, et cette crise nous rapprochera encore davantage. Il est de notre devoir commun de réagir au plus grave acte d’agression commis sur le sol européen depuis des décennies. Notre unité est notre plus grande force. Le Kremlin le sait très bien, et c’est pourquoi il a tout fait pour nous diviser, mais c’est exactement le contraire qui s’est produit. Nous sommes plus unis et plus déterminés que jamais. Nous sommes une Union, une Alliance, unis dans la poursuite du même objectif. 

Merci beaucoup.

28/02/2022