D’après un communiqué de presse de la Commission européenne du 23/07/2020

Une étude indépendante [en anglais] du Centre pour le pluralisme et la liberté des médias [en anglais] a observé une stagnation ou une détérioration générale dans le pluralisme des médias, qui fait l’objet de menaces dans tous les pays concernés par l’enquête, à savoir les 27 États membres de l’UE, le Royaume-Uni, l’Albanie et la Turquie. L’étude, qui tient compte pour la première fois de l’impact des progrès du numérique, se penche sur les menaces et les agressions physiques et numériques à l’encontre des journalistes, leurs conditions de travail, mais également sur des questions telles que la pluralité du marché, l’indépendance politique et l’inclusion sociale.

 

Mme Věra Jourová, vice-présidente de la Commission chargée des valeurs et de la transparence, a déclaré : « Cette étude est un signal d’alarme. Nous devons mieux protéger les journalistes et renforcer la transparence et l’équité dans la sphère numérique, en particulier dans le contexte des campagnes politiques. Nous devons également soutenir le secteur des médias, durement touché par la crise de la COVID-19, tout en respectant son indépendance. La Commission ne peut pas remporter seule ce combat : je compte sur les États membres pour contribuer à renverser la tendance actuelle ».

 

Les conclusions de l’étude constituent une source importante d’information pour le premier rapport sur l’état de droit, prévu pour septembre, qui abordera spécifiquement la question du pluralisme des médias. Elles alimenteront également le plan d’action pour la démocratie européenne (consultation publique en cours), le plan d’action pour les médias et l’audiovisuel ainsi que la législation relative aux services numériques (consultation publique en cours), qui doivent être présentés plus tard dans l’année. L’instrument de surveillance du pluralisme des médias est cofinancé par l’UE, dans le cadre d’une série de projets visant à soutenir le pluralisme et la liberté des médias, détaillés dans la présente fiche d’information [en anglais].

 

En outre, la Commission a publié une étude [en anglais] sur l’utilisation abusive des lois sur la diffamation (poursuites stratégiques altérant le débat public ou «poursuites-bâillons»), qui menace le travail des journalistes. Cette étude et le retour d’information sur les poursuites-bâillons dans le cadre de la consultation publique sur le plan d’action pour la démocratie européenne contribueront à orienter l’action de la Commission dans ce domaine.

 

 

La Maison de l’Europe de Paris a rédigé l’année dernière (2019) un article « Europe au Quotidien » sur l’état de la presse dans l’UE

 

31/07/2020