PARTENAIRES : SAint-Germain-en-Laye, l’Europe à la rencontre des femmes sapeurs-pompiers.

Un article de notre partenaire Europe Direct-Saint-Germain-en-Laye

Dans le cadre du programme « Citoyens, égalité, droits et valeurs » (CERV), qui vise à protéger et à promouvoir les droits et les valeurs consacrés par les Traités de l’Union Européenne et la charte des droits fondamentaux, le Centre Europe Direct Saint-Germain-en-Laye a apporté ses conseils et son expertise aux Sapeurs-pompiers des Yvelines, dans un domaine bien particulier : l’égalité hommes-femmes.

La Commandante Christelle Magimel, chargée des coopérations interservices, européenne et internationale et Officier investigatrice incendie, nous a sollicité, dans le cadre du dépôt d’un appel à projets CERV, afin d’obtenir un éclairage « européen » sur la question des inégalités hommes-femmes dans les professions habituellement réservées aux hommes. Elle souhaite mettre en place, en partenariat avec des pompiers allemands, espagnols et italiens des actions de communication, notamment dans les établissements scolaires, afin de promouvoir sa profession et son éthique auprès des jeunes filles.

Pour mémoire, le principe selon lequel les hommes et les femmes doivent percevoir un salaire égal pour un travail égal est inscrit dans les traités européens depuis 1957. Il figure actuellement à l’article 157 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (traité FUE). Par ailleurs, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), par l’arrêt Marschall du 11 novembre 1997, a déclaré que la législation européenne ne s’opposait pas à une règle nationale obligeant à promouvoir prioritairement les candidats féminins dans les secteurs d’activité où les femmes sont moins nombreuses que les hommes («discrimination positive»), dès lors que l’avantage n’est pas automatique et que les candidats masculins se voient garantir un examen sans exclusion a priori de leur candidature.

Pour autant, la problématique de l’égalité femme/homme est omnisciente chez les sapeurs-pompiers. Les femmes représentent en effet seulement 1 sapeur-pompier sur 7. Les femmes déjà engagées ou souhaitant s’engager, aussi bien professionnelles que volontaires, souffrent des stéréotypes persistants d’une part et du poids de la balance permanente entre vie professionnelle et vie familiale. La Commandante Magimel estime nécessaire de mettre en œuvre une stratégie et un plan d’action pour dans un premier temps ouvrir et faciliter le recrutement des femmes, lever les freins à la féminisation et modifier les pratiques afin que les femmes soient finalement considérées comme « un pompier comme un autre ».

Mais il ne suffit pas de recruter des femmes, encore faut-il qu’elles restent, car celles qui s’engagent jeune, quittent souvent la profession à l’arrivée de leur premier enfant. En effet, il n’y a pas assez de conventions signées avec les communes en vue d’assurer l’accueil gratuit des enfants en cas de départ en intervention. Pas assez de vestiaires séparés, pas assez d’évolution des uniformes.

Nous espérons donc que la Commandante Magimel obtiendra les fonds nécessaires à la mise en œuvre de son projet, afin de pouvoir contribuer, avec nos partenaires européens, à faire avancer les choses.

10/03/2022

Maison de l'Europe de Paris

Maison de l'Europe de Paris

D'autres ressources qui pourrait vous intéresser.

SUIVEZ-NOUS SUR TWITTER

D'autres ressources

Souscrire à notre newsletter