D’après un communiqué de presse de la Commission européenne le 14  janvier 2022.

La Commission européenne propose une recommandation afin de placer l’apprentissage du concept de durabilité environnementale au cœur des systèmes et programmes d’éducation de l’Union européenne. 

La Commission a publié aujourd’hui une proposition de recommandation du Conseil sur l’apprentissage au service de la durabilité environnementale. Le but de cette proposition est d’aider les États membres, les établissements scolaires, les établissements d’enseignement supérieur, les organisations non gouvernementales et l’ensemble des personnels enseignants à permettre aux apprenants de comprendre les questions de durabilité, de changement climatique et d’environnement et à leur inculquer des compétences dans ces domaines. Le nouveau cadre européen de compétences en matière de durabilité également publié aujourd’hui par le Centre commun de recherche recense les compétences nécessaires à la transition écologique, notamment l’esprit critique, l’esprit d’initiative, le respect de la nature et la compréhension de l’impact de nos actions et décisions quotidiennes sur l’environnement et le climat à l’échelle planétaire.

Margaritis Schinas, vice-président chargé de la promotion de notre mode de vie européen, a présenté cette proposition en ces termes: «L’engagement des jeunes est en train de révolutionner notre regard sur le climat et l’environnement. Grâce à nos programmes pour la jeunesse, le corps européen de solidarité et DiscoverEU, nous soutenons la dynamique en faveur du développement durable à laquelle ils participent. Cette proposition est une avancée supplémentaire dans nos efforts pour mieux intégrer la durabilité dans l’éducation.»

Mariya Gabriel, commissaire à l’innovation, à la recherche, à la culture, à l’éducation et à la jeunesse, a quant à elle déclaré: «Des efforts considérables sont déployés actuellement dans toute l’Europe pour aider les enfants, les jeunes et les adultes à s’informer sur le changement climatique, la perte de biodiversité et la durabilité et à s’emparer de ces sujets. Notre but est de tirer parti de ces efforts en œuvrant en étroite collaboration avec les États membres pour placer la durabilité au cœur des systèmes d’éducation et de formation. Si nous voulons protéger notre planète et notre avenir, il faut que tous les apprenants, dès leur plus jeune âge, aient la possibilité de comprendre ce qu’est la durabilité environnementale et d’agir en sa faveur.»

La proposition de la Commission appelle les États membres:

  • à donner aux apprenants de tous âges l’accès à une éducation et à des formations inclusives et de qualité sur le changement climatique, la biodiversité et la durabilité;
  • à faire de l’apprentissage au service de la durabilité environnementale un domaine prioritaire des politiques et programmes d’éducation et de formation, afin de permettre à ce secteur de contribuer à la transition écologique et de le soutenir dans ces efforts;
  • à encourager et à soutenir les établissements qui adoptent une approche intégrant la durabilité à l’ensemble de leurs activités, en termes d’enseignement, d’apprentissage, de vision, de planification et de gouvernance, de participation active des apprenants et du personnel, de gestion des bâtiments et des ressources et de partenariats avec les communautés à l’échelon local et au-delà;
  • à orienter des fonds nationaux et de l’UE vers l’investissement dans des infrastructures, des formations, des outils et des ressources durables et écologiques, afin d’accroître la résilience des systèmes d’éducation et de formation et de mieux les préparer à la transition écologique.

Lors d’une enquête Eurobaromètre sur ce que devraient être les priorités essentielles de l’UE dans les années à venir, les jeunes ont cité en premier la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique (67 %), puis l’amélioration de l’éducation et de la formation (56 %). Cela montre combien il est important d’agir.

Le programme Erasmus+ 2021-2027 met lui aussi fortement l’accent sur l’intégration de la transition écologique dans l’éducation et la formation. Le programme de travail annuel 2022 accordera la priorité aux projets de développement de compétences et d’aptitudes dans le domaine écologique, aux programmes orientés vers l’avenir et à la mise en œuvre par les enseignants d’approches planifiées de la durabilité. Un appel spécifique pour des projets à grande échelle permettra de financer l’identification, la mise au point et la mise à l’essai d’approches innovantes en matière d’éducation à la durabilité environnementale. La Commission offrira aussi aux éducateurs la possibilité de suivre des formations et d’accéder à des communautés de pratique via les portails School Education Gateway et eTwinning. Le nouveau portail de l’espace européen de l’éducation de la Commission, European Education Area, permet d’obtenir facilement des informations sur l’éducation et la formation dans l’UE, notamment sur l’éducation à l’écologie.

Prochaines étapes

La proposition de la Commission sera examinée par les États membres, puis adoptée par les ministres de l’éducation de l’UE. La Commission soutiendra la mise en œuvre de cette recommandation par des actions d’information et d’échange entre les États membres, les parties prenantes et les pays partenaires.

Contexte

Pour rédiger sa proposition, la Commission a procédé à une large consultation sur l’état actuel de l’offre didactique en matière de durabilité environnementale dans l’UE. L’enquête publique menée de juin à septembre 2021 lui a permis de recueillir plus de 1 300 réponses et 95 documents de synthèse. Elle a aussi pu obtenir des informations lors d’une série d’ateliers de consultation en ligne avec des décideurs politiques, des enseignants, des organisations de jeunesse, des partenaires sociaux, des chercheurs et d’autres organismes et organisations intéressés. Ces consultations ont mis en évidence le rôle crucial de l’éducation et de la formation pour aider les citoyens à comprendre et à agir en faveur de la durabilité environnementale.

Lors de l’enquête publique, 71 % des réponses ont désigné l’éducation et la formation comme le secteur le plus important de ce point de vue, devant les administrations et organismes publics (56 %) et les médias (34 %). Fournir aux enseignants, aux formateurs, aux animateurs de jeunesse et au personnel universitaire des possibilités de développement professionnel de qualité dans le domaine de l’environnement et de la durabilité a été considéré comme une priorité d’action majeure, de même que l’intégration de la durabilité dans l’ensemble des programmes d’études.

14/01/2022