D’après un communiqué de presse de la Commission européenne le 31 mars 2022.

Les derniers résultats de l’Eurobaromètre dévoilent une satisfaction croissante des européens à l’égard de la stratégie de vaccination de l’Union européenne. Ils révèlent aussi une solide confiance dans les vaccins, notamment pour sortir de la crise sanitaire. 

Les Européens sont largement satisfaits du rôle joué par l’UE pour garantir l’accès aux vaccins contre la COVID-19 et ont une attitude positive à l’égard des vaccins, révèle une enquête Flash Eurobaromètre publiée aujourd’hui. Les résultats confirment les tendances positives mises en évidence lors de la première enquête menée en mai 2021. Selon les résultats de l’enquête menée en février 2022, plus de sept Européens sur dix (71 %) pensent que l’Union européenne joue un rôle clé pour garantir leur accès aux vaccins contre la COVID-19 dans leur pays.

En outre, 53 % (+6 pp.) sont satisfaits de la manière dont l’UE a géré la stratégie de vaccination, tandis que 38% (-7 pp.) ne sont pas satisfaits. Au niveau national, 48 % des Européens se disent satisfaits de la manière dont leur gouvernement national a géré la vaccination. Une grande majorité (77 %) pense que « dans l’ensemble, les avantages des vaccins l’emportent sur les risques éventuels », 74 % que les vaccins autorisés dans l’UE sont sûrs et 71 % que les vaccins sont le seul moyen qui peut mettre fin à la pandémie. Sept personnes interrogées sur dix (70 %) pensent que pour mettre fin à la pandémie, il est crucial que tous les pays du monde ont accès aux vaccins. Cependant, 55 % craignent toujours que les vaccins aient des effets à long terme que nous ne connaissons pas encore (-7 pp. depuis 2021).

Enfin, 44 % (-7 pp.) des Européens souhaiteraient obtenir plus d’informations concernant l’efficacité des vaccins, et 42 % (-3 pp.) sur la manière dont ils sont développés, testés et autorisés. Les professionnels de la santé, médecins, infirmières et pharmaciens restent la source d’information la plus fiable (62 %), suivie par les autorités sanitaires nationales (49 %).

31/03/2022