D’après un communiqué de presse du Parlement européen le 28  janvier 2022.

La Commission européenne présente ses lignes d’orientation pour sa stratégie en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030.

La Commission a publié aujourd’hui les orientations sur l’identification et la désignation de nouvelles zones naturelles protégées dans l’UE, ainsi que sur la gestion des zones protégées existantes et futures. La stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030 – une initiative essentielle du Pacte vert pour l’Europe – vise à mettre la biodiversité de l’Europe sur la voie du rétablissement d’ici à 2030.

Pour aider à y parvenir, la stratégie a pour objectif de protéger au moins 30 % des terres et des mers de l’UE d’ici à 2030. Ces objectifs de l’UE sont cohérents avec les objectifs mondiaux proposés à la 15e conférence des parties (COP15) de la convention des Nations unies sur la diversité biologique. Un tiers de cette surface de l’UE, des zones très importantes en terme de biodiversité et de climat, devrait faire l’objet d’une protection stricte, à la fois sur terre et en mer, selon la stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité. Les orientations adoptées aujourd’hui aideront les États membres à atteindre ces objectifs et à mettre en place un réseau  transnational  cohérent. Frans  Timmermans, vice-président  exécutif en charge du Pacte  vert pour  l’Europe, a  déclaré : « Afin d’orienter notre économie sur une voie véritablement durable, nous devons donner à la nature l’espace nécessaire pour se rétablir. L’expansion des zones protégées dans l’Union européenne, tant terrestres que maritimes, est essentielle à la fourniture de cet espace. »

Le commissaire à l’environnement, aux océans et à la pêche, Virginijus Sinkevičius, a ajouté : « Nous dépendons de la nature et nous devons la préserver. Natura 2000 constitue le pilier d’un réseau transeuropéen de la nature, toutefois des efforts supplémentaires sont nécessaires sur le plan national pour le compléter. Nos orientations donnent aux États membres des outils pour les aider à identifier, désigner et gérer des zones protégées supplémentaires. Nous continuerons à travailler ensemble afin de mettre la nature européenne sur la voie du rétablissement d’ici 2030, dans l’intérêt de notre planète et de notre économie. » Le réseau actuel de zones légalement protégées n’est pas assez étendu pour permettre la sauvegarde de la biodiversité.

Les désignations supplémentaires devraient soit contribuer à parachever le réseau Natura 2000, soit relever de régimes de protection nationaux. Les objectifs pour 2030 s’appliquent à l’ensemble de l’UE et chaque État membre désignera des zones à protéger sur la base de critères écologiques objectifs et de la quantité et de la qualité de la biodiversité qui lui sont propres. Les avantages écologiques et économiques vont de pair puisque les services écosystémiques du seul réseau Natura 2000 existant (alimentation, filtration de l’eau et de l’air, résilience aux catastrophes, etc.) sont estimés à 300 milliards d’euros par an et que le réseau soutient quelque 500 000 emplois. Le guide d’orientations a été élaboré en collaboration avec l’Agence européenne pour l’environnement après des discussions d’un an avec des experts nationaux et des organisations d’acteurs concernés.

31/01/2022