D’après un communiqué de presse du Parlement européen le 26  janvier 2022.

Le Parlement européen et la Commission publient ce jour un Eurobaromètre spécial conjoint sur l’avenir de l’Europe. 

 – Neuf jeunes Européens sur dix s’accordent à dire que la lutte contre le changement climatique peut contribuer à l’amélioration de leur santé et de leur bien-être (91 % des 15-24 ans), tandis que 87 % de l’ensemble des personnes interrogées partagent ce sentiment.

– 81 % des personnes interrogées se déclarent heureuses de vivre dans l’UE.

– 68 % des Européens estiment d’un commun accord que l’Union européenne constitue un havre de stabilité dans un monde en crise, tandis que 67 % d’entre eux s’accordent à reconnaître que le projet européen offre des perspectives d’avenir aux jeunes de l’UE.

L’avenir de l’Europe

À l’entame de l’année 2022, proclamée Année européenne de la jeunesse, l’enquête publiée ce jour met en lumière le point de vue des jeunes Européens sur les défis auxquels l’Union européenne est confrontée, parallèlement au rôle essentiel joué par les jeunes dans la conférence sur l’avenir de l’Europe.

Il ressort de l’Eurobaromètre publié ce jour que 91 % des 15-24 ans estiment que la lutte contre le changement climatique peut contribuer à l’amélioration de leur santé et de leur bien-être, tandis que 84 % des personnes âgées de 55 ans ou plus sont du même avis. Près d’un Européen sur deux (49 %) considère le changement climatique comme étant le principal enjeu de portée mondiale pour l’avenir de l’UE, un soutien massif étant exprimé en faveur des objectifs environnementaux du pacte vert pour l’Europe: 88 % des Européens estiment qu’il importe d’accroître la part des énergies renouvelables dans notre économie et de parvenir à une plus grande efficacité énergétique, tandis que 80 % s’accordent sur l’importance de faire de l’Europe le premier continent à atteindre la neutralité climatique d’ici à 2050 et d’encourager le développement du marché des véhicules à émissions faibles ou nulles.

Parmi les autres enjeux futurs de portée planétaire mentionnés par les personnes interrogées figurent la santé (elle est citée par 34 % d’entre elles), ainsi que la migration et les déplacements forcés (ils sont évoqués par environ 30 % d’entre elles).

Des niveaux de vie comparables (31 %) et une politique commune en matière de santé (22 %) sont les deux aspects jugés les plus utiles pour l’avenir de l’Europe. Les Européens accordent également un degré de priorité élevé au renforcement de la solidarité entre les États membres (21 %) et à l’indépendance énergétique (20 %).

Les atouts, les défis et les valeurs de l’UE

Les quatre enjeux les plus fréquemment cités en ce qui concerne l’UE sont les inégalités sociales (36 %), le chômage (32 %) et les questions migratoires (31 %). Comme c’est le cas pour les défis de portée mondiale, les questions environnementales et le changement climatique figurent aussi en bonne place sur la liste des enjeux auxquels l’UE est confrontée (32 % des personnes interrogées).

Les Européens considèrent que le respect de la démocratie, des droits de l’homme et de l’État de droit (27 %) par l’UE constitue le principal atout de celle-ci, avant sa puissance économique, industrielle et commerciale (25 %).

Selon les personnes interrogées, la paix (49 %), la liberté d’opinion (47 %), l’égalité sociale et la solidarité (45 %), ainsi que la tolérance et l’ouverture aux autres (44 %), sont les valeurs que l’UE incarne le mieux par rapport à d’autres pays.

Vivre dans l’Union européenne

Une grande majorité des Européens se déclarent heureux de vivre dans l’UE (81 %) et dans leur pays (89 %) et se disent satisfaits de leur vie familiale (89 %).

La conférence sur l’avenir de l’Europe

Quelque 43 % des Européens déclarent qu’une telle participation a pour principal intérêt de mettre l’accent sur des aspects qui intéressent la jeune génération. Sont également cités, parmi les autres avantages liés au rôle clé réservé aux jeunes dans le cadre de la conférence, l’énergie et la motivation manifestées par ceux-ci en faveur des réformes et des changements qui en résultent (35 %), ainsi que leur détermination à faire en sorte que l’Europe de demain soit plus adaptée aux défis de la société actuelle (33 %).

Les citoyens européens restent intéressés par l’idée de contribuer et de participer à la conférence sur l’avenir de l’Europe. Si le meilleur moyen de le faire consiste à répondre à des enquêtes, comme l’indiquent plus de la moitié des personnes interrogées (59 %), près d’un Européen sur deux (46 %) pourrait envisager d’assister à des réunions dans sa région. Viennent ensuite, parmi les autres formes d’engagement jugées particulièrement attrayantes, la réponse à des consultations en ligne (40 %), la présentation d’idées et de propositions aux responsables politiques européens et nationaux (39 %) et la participation à des manifestations culturelles et sportives européennes dans le cadre de la conférence (39 %).

Globalement, les Européens considèrent le changement climatique et l’environnement (44 %), la santé (40 %), de même qu’une économie plus forte, la justice sociale et l’emploi (40 %), comme des aspects clés de la conférence.

Ils attendent clairement de celle-ci qu’elle débouche sur des résultats concrets. En effet, les personnes interrogées seraient davantage incitées à participer aux actions organisées dans le cadre de la conférence si elles étaient convaincues de l’incidence réelle de leur participation (53 %).

La voix des citoyens dans l’UE

90 % des Européens considèrent qu’il devrait davantage être tenu compte de leur avis dans les décisions relatives à l’avenir de l’Europe. 55 % d’entre eux mentionnent le vote aux élections européennes comme étant l’un des moyens les plus efficaces de faire entendre sa voix par les décideurs au niveau de l’UE.

Contexte

Parallèlement aux travaux actuellement menés par les panels de citoyens européens adoptant des recommandations à l’intention de la conférence sur l’avenir de l’Europe, l’enquête «Eurobaromètre spécial 517» sur l’avenir de l’Europe publiée ce jour apporte un éclairage sur les avis et opinions des Européens concernant cette conférence, ainsi que sur les principaux défis auxquels l’Union est confrontée.

L’enquête, commandée conjointement par le Parlement européen et la Commission, a été réalisée entre le 16 septembre et le 17 octobre 2021 (vague EB 96.1) dans les 27 États membres de l’UE. Elle a été menée en face-à-face et complétée, selon les besoins, par des entretiens en ligne, en raison de la pandémie de coronavirus. Au total, quelque 26 530 entretiens ont été réalisés.

Chaque citoyen européen peut s’exprimer sur la manière de façonner notre avenir commun sur la plateforme numérique multilingue de la conférence sur l’avenir de l’Europe.

L’Eurobaromètre spécial publié ce jour est disponible sur un nouveau site web consacré spécifiquement aux enquêtes Eurobaromètre, qui donne accès à celles-ci ainsi qu’aux données publiées par les deux institutions depuis 1974.

27/01/2022