D’après un communiqué de presse de la Commission européenne le 12 octobre  2021.

C’est un nouveau signal du leadership de l’Union européenne dans le combat climatique que nous vivons. Avec 12 milliards d’euros levés avec la première salve des obligations vertes dans le cadre du plan de relance. Cette somme ira directement financer des investissements verts et durables sur l’ensemble du territoire de l’Union. 

La Commission européenne a lancé aujourd’hui la première émission d’obligations vertes NextGenerationEU, levant ainsi 12 milliards d’euros exclusivement destinés à des investissements verts et durables sur tout le territoire de l’Union. Il s’agit là de la plus importante émission d’obligations vertes au monde jamais réalisée. Grâce aux obligations vertes NextGenerationEU, l’Union européenne va devenir le premier émetteur d’obligations vertes au monde, ce qui donnera un élan considérable aux marchés de la finance durable et procurera des fonds pour financer une reprise européenne plus verte après la pandémie. Marquée par un niveau de sursouscription très élevé et des conditions tarifaires excellentes, l’émission d’obligations de ce jour constitue un début prometteur pour le programme d’obligations vertes NextGenerationEU, dont le montant devrait atteindre 250 milliards d’euros à la fin de 2026.

Pour l’obligation à 15 ans arrivant à échéance le 4 février 2037, les demandes de souscription ont dépassé de plus de 11 fois les capacités, avec un carnet d’ordres de plus de 135 milliards d’euros. Les investisseurs les plus divers ont manifesté leur intérêt pour cette obligation.

Johannes Hahn, commissaire chargé du budget et de l’administration, a déclaré à ce propos: «L’émission d’obligations de ce jour constitue un très bon départ pour le programme d’obligations vertes NextGenerationEU. Destiné à faire de l’Union le plus grand émetteur d’obligations vertes au monde, ce programme constitue un signal fort de l’engagement de l’Union en faveur de la durabilité. Notre avenir est vert. Aussi est-il essentiel que nous saisissions l’occasion de montrer clairement aux investisseurs que leurs fonds seront utilisés pour financer une reprise européenne durable.»

L’émission d’obligations de ce jour fait suite à l’adoption du cadre pour les obligations vertes NextGenerationEU, qui s’est faite plus tôt en septembre. Ce cadre, qui est pleinement conforme aux principes applicables aux obligations vertes définis par l’association internationale des marchés de capitaux (ICMA), lesquels constituent une norme de marché pour les obligations vertes, assure aux investisseurs que les fonds mobilisés seront utilisés pour des investissements verts. Les rapports de la Commission sur l’utilisation du produit des obligations vertes NextGenerationEU et sur l’incidence environnementale des dépenses financées par ces obligations feront l’objet d’un examen indépendant.

Les montants levés grâce aux émissions d’obligations vertes NextGenerationEU serviront à financer des dépenses vertes et durables au titre de la facilité pour la reprise et la résilience. Parmi les investissements admissibles au titre des plans déjà approuvés figurent une plateforme de recherche pour la transition énergétique en Belgique et la construction d’éoliennes terrestres en Lituanie.

Un montant représentant au minimum 37 % de l’enveloppe totale de chaque plan pour la reprise et la résilience doit être consacré à la transition verte, mais de nombreux États membres s’efforcent d’aller plus loin encore.

Il s’agit de la cinquième opération menée en syndication depuis le lancement des opérations de financement NextGenerationEU en juin 2021. Par ailleurs, la Commission a procédé à la première adjudication d’obligations NextGenerationEU à la fin du mois de septembre. À ce jour, ces opérations ont permis à la Commission de lever 68,5 milliards d’euros de financements à long terme au moyen d’obligations.

À cela s’ajoutent les quelque 14 milliards d’euros de titres de créance à court terme de l’UE émis à ce jour par la Commission à la suite du lancement des adjudications à la mi-septembre 2021.

Dans le courant de 2021, la Commission prévoit de lever quelque 80 milliards d’euros sous forme d’obligations, qui seront complétées par des titres de créance à court terme de l’UE, comme annoncé dans le plan de financement publié en juin 2021 et mis à jour en septembre 2021.

Comme elle l’a annoncé en septembre dans son calendrier d’émission détaillé pour 2021, la Commission organisera une autre opération en syndication d’ici à la fin de l’année, au mois de novembre. La Commission lancera aussi régulièrement des adjudications d’obligations et de titres de créance à court terme de l’UE.

Contexte

NextGenerationEU est un instrument temporaire de relance de plus de 800 milliards d’euros en prix courants, destiné à aider l’Europe à se relever de la pandémie de coronavirus et à contribuer à construire une Europe plus verte, plus numérique et plus résiliente.

Pour financer NextGenerationEU, la Commission européenne, au nom de l’Union, mobilisera sur les marchés des capitaux environ 800 milliards d’euros d’ici fin 2026. Cela se traduira par des volumes d’emprunt d’environ 150 milliards d’euros par an en moyenne.

Pour lever les fonds nécessaires dans les meilleures conditions de marché possibles, la Commission a commencé à mettre en œuvre une stratégie de financement diversifiée.

Cette stratégie repose sur une combinaison d’émissions à long et à court terme par voie de syndication et d’adjudication afin de permettre à la Commission de lever des fonds avec souplesse et aux conditions les plus avantageuses qui prévalent sur le marché.

Volet technique

Première obligation verte NextGenerationEU

L’obligation à 15 ans est assortie d’un coupon de 0,40 % et a été émise à un taux de 0,453 %, soit un écart de -8 points de base par rapport au taux mid-swap, ce qui équivaut à 31,6 points de base par rapport au Bund à 15 ans arrivant à échéance en mai 2036 et à -4,6 point de base par rapport à l’OAT à 15 ans arrivant à échéance en mai 2036.

Le carnet d’ordres final a dépassé les 135 milliards d’euros, ce qui signifie que les demandes de souscription ont dépassé de plus de 11 fois les capacités. Il s’agit du carnet de commandes d’obligations vertes le plus important jamais enregistré sur les marchés mondiaux des capitaux et du plus grand nombre d’obligations vertes jamais émises.

Bank of America Securities Europe S.A., Crédit Agricole Corporate & Investment Bank S.A., Deutsche Bank AG, Nomura Financial Products Europe GmbH et TD Securities ont agi en tant que banques co-chefs de file de cette opération, avec le soutien de Danske Bank A/S, Intesa Sanpaolo S.p.A. et Banco Santander S.A.

Profil des investisseurs 

Répartition géographique

Royaume-Uni 29,0 %
Pays nordiques 12,0 %
Benelux 11,0 %
France 11,0 %
Allemagne 10,0 %
Italie 9,0 %
Autres pays d’Europe 7,0 %
Reste du monde 4,0 %
Péninsule Ibérique 4,0 %
Asie 3,0 %

Répartition par type d’investisseur

Gestionnaires de fonds 39 %
Trésoreries bancaires 23 %
Assurances et fonds de pension 16 %
Banques centrales/institutions officielles 13 %
Banques 8 %
Fonds spéculatifs 1 %

 

13/10/2021