Lettre d'information

Pour vous inscrire à la lettre d'information

Saisissez votre adresse email :

Recopier le code de sécurité (ci-dessus) :

OK
Adhérez et soutenez la Maison de l'Europe Votre avis nous intéresse
Accueil > Europe Direct > Actualités Européennes > Devant le Parlement, Michel Barnier exprime ses craintes sur les négociations avec le Royaume-Uni < Page Précédente

Devant le Parlement, Michel Barnier exprime ses craintes sur les négociations avec le Royaume-Uni

La Maison de l'Europe | Devant le Parlement, Michel Barnier exprime ses craintes sur les négociations avec le Royaume-Uni

Lors de la session plénière du Parlement le 3 octobre dernier, le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, est revenu sur les progrès « insuffisants » des négociations sur le Brexit

 

Dans une résolution adoptée à une très large majorité (557 voix pour, 92 contre, 29 abstentions), les eurodéputés ont estimé que les progrès réalisés sur les trois questions prioritaires liées au divorce - à savoir les droits des citoyens, le solde budgétaire de sortie et la question irlandaise - restaient trop modestes pour permettre à Londres d’obtenir une discussion sur le futur partenariat avec l’Union européenne. Par ce texte le Parlement a invité le Conseil européen « à décider de reporter son évaluation visant à déterminer si les progrès accomplis sont suffisants » lors du prochain sommet européen prévu les 19 et 20 octobre à Bruxelles.

 

Face au Parlement, réuni en session plénière, Michel Barnier a rappelé l’importance de l’unité de l’UE dans le cadre de ces négociations exceptionnelles et a déploré « des divergences sérieuses, en particulier sur le règlement financier ».

 

Tout en soulignant les avancées faites sur les questions des droits des citoyens et de la situation en Irlande, il a rappelé que le Parlement et les négociateurs britanniques n’avaient « pas encore réalisé aujourd'hui sur ces trois sujets le "progrès suffisant" pour entamer en toute confiance la deuxième phase de la négociation »

 

Si le discours de Theresa May prononcé le 22 septembre à Florence, proposant une période de transition post-Brexit, a dans l’ensemble été bien accueilli, les eurodéputés ont refusé de se prononcer sur le futur partenariat avec le Royaume-Uni tant que des propositions concrètes n’auront pas été émises par le gouvernement britannique, notamment sur la question de « l’avenir des 4,5 millions de citoyens britanniques et européens qui souhaitent continuer à vivre et à travailler comme avant le Brexit. »

 

« Avec le Royaume-Uni – qui deviendra un Etat tiers le 30 mars 2019, c'est son choix – nous voulons établir un partenariat ambitieux et durable, en matière commerciale, mais aussi en matière de sécurité et de défense ou en matière de recherche et d'innovation. Plus vite nous nous mettrons d'accord sur les principes de ce retrait ordonné, plus vite nous pourrons nous concentrer sur cet objectif, qui est dans notre intérêt commun » a conclu Michel Barnier avant de rappeler la responsabilité de l’UE dans la construction d’une nouvelle page de son histoire.

 

Retrouvez l'intégralité du discours ici : http://europa.eu/rapid/press-release_SPEECH-17-3665_fr.htm 

 

La Maison de l'Europe - 29 avenue de villiers, 75017 Paris
Tél. : 33(0)1 44 61 85 85 - Fax : 33(0)1 44 61 85 95
Powered by Walabiz